lundi 27 mai 2019

Réglementation européenne des vins biologiques R(UE) 203/2012


Enfin un réglement européen pour l’élaboration de vins biologiques, à partir de raisins issus de la viticulture biologique. Ce réglement entre en application le 1er août 2012, donc dès la récolte 2012, et permet aux producteurs de vins biologiques de faire figurer la mention «vin biologique» sur leurs étiquettes. Ces étiquettes doivent également comporter le logo biologique de l’UE et le numéro de code de leur certificateur, et respecter les autres règles en matière d’étiquetage du vin.
Outre une définition technique du vin biologique compatible avec le règlement européen (CE) n° 834/2007, le nouveau règlement prévoit les pratiques œnologiques et les produits utilisables pour la vinification et l’élevage des vins biologiques, compatibles avec le réglement européen (CE) n° 606/2009.
L’acide sorbique, la cryoconcentration, la désalcoolisation partielle, l’élimination de SO2 par voie physique, la stabilisation tartrique par électrodialyse et avec des échangeurs de cations ne sont plus autorisés pour l’élaboration de vins biologiques.
Les doses de SO2 totale maximum autorisées à la commercialisation des vins biologiques sont revues à la baisse par rapport aux vins conventionnels :
  • Si le taux de sucres résiduels est inférieur à 2 g/L :
    • maximum 100 mg/L de SO2 total pour un vin rouge bio contre 150 mg/L pour un conventionnel
    • maximum 150 mg/L de SO2 total pour un vin blanc ou rosé bio contre 200 mg/L pour un vin conventionnel
  • Si le taux de sucres résiduels est supérieur à 2 g/L :
    • maximum 120 mg/L de SO2 total pour un vin rouge biologique contre 150 mg/L pour un vin rouge conventionnel
    • maximum 170 mg/L de SO2 total pour un vin blanc ou rosé biologique contre 200 mg/L pour un vin conventionnel
Les doses de SO2 totale maximum autorisées à la commercialisation des vins effervescents biologiques (VMQPRD) comme les Champagnes sont également revues à la baisse par rapport aux vins conventionnels : maximum 135 mg/L de SO2 total contre 185 mg/L pour un vin effervescentconventionnel.
SO2 et vins biologiques :
 
Le traitement par la chaleur, jusqu’à 70°C, l’osmose inverse et les résines échangeuses d’ions restent sur la liste des pratiques autorisées. Mais elles feront l’objet de nouvelles discussions en 2015.
L’utilisation de levures sèches actives et d’enzymes, l’addition de phosphate diammonique ou de sulfate d’ammonium et de copeaux de chêne est autorisée.
Une période de transition est prévue pour permettre l’utilisation des anciennesétiquettes portant la mention « vin issu de la viticulture biologique », pour les vendanges 2011 et 2012. Mais l’utilisation du logo européen « agriculture biologique » sur ces vins reste interdite, sauf bien sûr s’ils respectent l’ensemble des règles du process d’élaboration d’un vin bio, du raisin au vin. Le recours à des logos de chartes privées est également autorisé.